La Maison des Barbiers (extrait)


                                         AVERTISSEMENTS DE L’AUTEUR

Tout écrivain picore des gravillons de vécu et de vérité pour les ciseler en prismes à miroir de kaléidoscope. D’où l’intérêt de la petite phrase : «  toute ressemblance avec des personnes ayant existé serait tout à fait fortuite ». Parce que c’est impossible ! Parce qu’avant d’être un écrivain il est un homme - une femme- enfin un humain avec une vie d’humain, des rencontres d’humains, des problèmes et des bonheurs d’humains. Et c’est tant mieux ! Parce qu’ainsi il ressemble à chacun de ses lecteurs. Ni mieux, ni meilleur.
La maison des barbiers a été inspirée par la maison des coiffeurs à Parmain. C’était au départ effectivement une maison de retraite pour coiffeurs, avec le « salon-musée » qui est décrit dans le roman. La comparaison s’arrête là. Je n’ai pas connu Rose, René, Germaine ou Louis. Mais je les ai connus, différemment et souvent ailleurs. Staub ne s’appelait pas Staub et il n’a monté aucune insurrection.
Quant à l’infirmière, une lectrice qui avait travaillé à la « vraie » maison des coiffeurs avait cru l’avoir reconnue dans la première version. «  Je sais qui c’est ! » m’a-t-elle dit.  « C’est Ciguë ! Ah je l’aurais bien zigouillée aussi moi celle là ! ». Et non ! Pour moi c’était Vérole. Je n’avais pas connu Ciguë.
C’est aussi ça la magie de l’écriture. Chacun peut s’en emparer pour en faire son histoire.

Aucun commentaire:

Le départ du roman "Le Grand Globe" a été un succès. Tout d'abord au salon de Nesles, lieu de son atterrissage. Puis au prem...